http://www.belle-ile-tv.fr/les-journaux-racontent-belle-ile-en-mer-1895-1899.html

 

les-journaux-racontent-belle-ile-en-mer-1895-1899

Rédigé par philippe   Aucun commentaire

les-journaux-racontent-belle-ile-en-mer-1895-1899

La fin du XIXe siècle mérite qu’on s’y attarde le temps d’une lecture,
le temps d’un voyage, le temps d’une immersion historique authentique.
En nous offrant ce recueil d’articles de journaux,
Norbert et Ronan Naudin proposent un tableau de la société insulaire
sous le regard sélectif de la presse entre 1895 et 1899.

sources http://www.jadis-editions.fr/

 

OUEST-FRANCE le 17/07/2017

Des histoires d’antan avec Jadis Éditions

  • Sophie Houssière-Naudin et Ronan Naudin, de la maison d'édition Jadis Editions.
    Sophie Houssière-Naudin et Ronan Naudin, de la maison d’édition Jadis Editions. | 

La société s’est installée à Belle-Île, à l’initiative du Bellilois Ronan Naudin et de l’Auvergnate Sophie Naudin-Houssière. La maison d’édition privilégie l’histoire d’antan locale et régionale.

Ronan Naudin est historien, auteur de pièces de théâtre et de chroniques historiques.Sophie Naudin-Houssière est professeur de français et d’anglais.

Tous deux ont souhaité une autre vie avec leurs deux enfants, après Paris et Rambouillet. « Lorsque j’ai préparé mon doctorat, j’ai fait de nombreuses recherches et découvert des procès du XVIIe et XVIIIesiècles qui m’ont passionné, confie Ronan Naudin. Les faits réels étaient racontés et l’on se représentait la vie de l’époque. »

Des tranches de vie

Le projet a mûri, vu le jour et quelques livres ont été édités. « Nous voulons garder le même objectif, des histoires du passé sur les gens, des tranches de vie, avec leur quotidien, leurs préoccupations, leurs joies et tristesses… Être au plus proche de la réalité de la vie d’avant et faire revivre des événements en relatant des faits authentiques », note Sophie Naudin-Houssière, auteure de plusieurs nouvelles historiques.

Des procès racontés

Pour chaque ouvrage, plusieurs étapes sont mises en place, avec évidemment le choix du procès. « Sa lecture toujours longue avec les notes du greffier difficilement déchiffrables, la retranscription des notes… Il faut aussi imaginer les personnages, leurs vies dans le contexte de l’époque qu’il faut aussi relater. Arriver à donner vie à ces gens et faire en sorte que l’histoire témoigne de la période, le paysage, l’agriculture, tout doit être le plus véridique possible. »

Chaque livre comporte, en prime, lorsqu’il s’agit d’un procès, des documents d’archives et des dépositions de témoins retranscrites en annexe.

Sophie vient d’adapter et interpréter les pièces de procès d’un marin de Loire-Atlantique. Le voyage de Marie-Anne donne les versions des récits avec la parole du pilote, du capitaine et de l’armateur. « J’ai fait appel à des marins qui m’ont donné beaucoup de renseignements quant à la navigation d’antan. »

http://www.ouest-france.fr/bretagne/sauzon-56360/des-histoires-d-antan-avec-jadis-editions-5140998

OUEST-FRANCE le 21/06/2017

Lamballe. Elle a écrit un roman sur un procès du XVIIIe siècle

  • Une maison à Saint-Aaron, un assassinat, un procès à Lamballe… Tels sont les ingrédients d’un livre qui raconte une histoire vraie du XVIIIe siècle. Sophie Houssière en est l’auteure.
    Une maison à Saint-Aaron, un assassinat, un procès à Lamballe… Tels sont les ingrédients d’un livre qui raconte une histoire vraie du XVIIIe siècle. Sophie Houssière en est l’auteure. | DR

 

Une maison à Saint-Aaron, un assassinat, un procès à Lamballe… Tels sont les ingrédients d’un livre qui raconte une histoire vraie du XVIIIe siècle. Sophie Houssière en est l’auteure.

« C’est passionnant de replonger dans la vie quotidienne d’une autre époque ! » Sophie Houssière est écrivaine. Elle s’est lancée dans l’écriture d’un livre sur un procès qui a eu lieu à Lamballe au XVIIIe siècle, entre 1706 et 1708. Une histoire vraie.

L’histoire d’un père de famille (un petit noble), le sieur de Quelleneuc, qui est assassiné dans la nuit par arme à feu. Accusé, le valet François Levesque est emprisonné. Entrent en scène la femme, les habitants, les enfants, le prêtre…

« En se plongeant dans les archives, on peut suivre les évolutions du procès. Et c’était terrible, entre torture, rumeur, pressions », raconte l’écrivaine. Les faits judiciaires sont avérés : le procès à Lamballe, une maison à Saint-Aaron… « On a d’ailleurs parfois retranscrit dans le livre les archives. Était-il coupable ou pas ? »

L’opportunité d’écrire

Pour raconter ce procès, Sophie choisit l’histoire du point de vue d’un enfant, en 1723. « Il y a des parties imaginées, un peu romanesques, pour faire vivre les personnages. »

Les histoires vraies la passionnent. Mais ce genre d’écriture possède deux facettes. « Mon mari plonge dans les archives départementales, trouve des documents existants, c’est l’historien. Moi, je vais sur internet et je fouille. »

http://www.ouest-france.fr/bretagne/lamballe-22400/lamballe-elle-ecrit-un-roman-sur-un-proces-du-xviiie-siecle-5076498

L’écho Républicain le 04/07/2017

Mémoires de Lèves sous l’Occupation

Mémoires de Lèves sous l’Occupation
Bertrand Papillon était samedi à la mairie de Lèves. © Droits réservés

L’enfant du pays, Bertrand Papillon, vient de sortir un livre mémoires aux éditions Jadis intitulé Six dans le même lit : Mémoires d’un enfant du pays chartrain sous l’occupation, le Lèvois raconte dans ce livre son enfance, la vie sous l’occupation allemande et son travail pour faire vivre la mémoire des anciens résistants. « Je dédie ce livre à la mémoire de mes parents, j’avais 14 ans en 1944, un jour mon père m’a confié un revolver et il m’a dis si les allemands viennent ici tu tires directement pour te défendre », a raconté Bertrand Papillon, samedi lors d’une dédicace à la mairie de Lèves.

http://www.lechorepublicain.fr/leves/2017/07/04/memoires-de-leves-sous-loccupation_12471234.html

Ouest-France, le 03 février 2018 – Francesca Bocci

Les frères Naudin publient un recueil d’articles

  • Norbert et Ronan Naudin se passionnent tous les deux pour l'histoire de Belle-Ile.
    Norbert et Ronan Naudin se passionnent tous les deux pour l’histoire de Belle-Ile. |

Cet ouvrage, consacré aux années 1895-1899, est édité chez Jadis Editions, installée à Belle-Île depuis 2017. Elle veut privilégier l’histoire d’antan, locale et régionale.

Les gens d’ici :

Aujourd’hui, les frères Norbert et Ronan Naudin présentent un nouveau recueil de plus de 500 articles de journaux qui décrivent la société belliloise à la fin du XIXe siècle. Après des études d’histoire et de littérature, Norbert est devenu enseignant. Il est également maire de Sauzon depuis 2008 et premier vice-président de la communauté de communes de Belle-Ile. « Je m’intéresse au passé de mon île afin de mieux construire l’avenir », dit-il.

Des articles collectés :

Ronan a également suivi des études d’histoire qui lui ont donné le goût des textes et de la recherche. Il est déjà l’auteur de deux romans inspirés de faits réels. Il a également écrit pour le théâtre et rédigé des chroniques historiques.

Ce projet sur les années 1895-1899 trottait dans leur tête depuis déjà longtemps : « Ces années ont fortement marqué la vie de Belle-Île. Sarah Bernhardt devient propriétaire des Poulains, la compagnie maritime l‘Union belliloise s’installe avec succès et les investisseurs parisiens commencent à s’intéresser au développement de l’île. C’est aussi l’époque des premiers signes d’essoufflement de l’industrie sardinière, compensée en partie par l’afflux nouveau des excursionnistes. Tous des signes précurseurs de ce que sera l’avenir. »

Le recueil est proposé sous la forme d’un journal, avec des articles collectés dans La République du MorbihanL’ArvorLa Nouvelliste du MorbihanL’Écho de Bretagne et bien d’autres. Il est enrichi d’illustrations, de dessins et de cartes postales. Faits divers, décisions de justice, élections, séances de conseil municipal, naufrages, incendies, suicides… « C’est une société que l’on ne peut pas imaginer aujourd’hui. »

À l’époque, près de 10 000 personnes habitaient Belle-Île. Il y avait tout le temps du monde sur les quais avec les garnisons, les marins des sardineries…

La surprise, l’intérêt et le sourire sont au rendez-vous de ce recueil qui couvre une période de transition dans l’évolution économique de Belle-Île. « Il est plus facile de comprendre d’où viennent les Bellilois et ce qu’ils sont aujourd’hui. »

Mercredi 7 février, de 10 h 30 à 12 h 30, rencontre et dédicace, médiathèque de Palais. Livre disponible dans toutes les libraires et points presse, et sur le site internet jadis-editions.fr. Tarif : 15 €.

Sophie Houssière et son livre « Le Voyage de la Marie-Anne ».
Sophie Houssière et son livre « Le Voyage de la Marie-Anne ».

Il y a quelques années Ronan Naudin, Sauzonnais de naissance, publiait avec Yann Debaye un roman historique, « L’Affaire Marthe Mirolleau », basé sur les archives d’un procès concernant une affaire située en 1744-1745 et se déroulant à Belle-Ile-en-Mer. Aujourd’hui c’est Sophie Houssière, son épouse, qui publie « Le Voyage de la Marie-Anne », une nouvelle historique adaptée à partir des pièces du procès d’un marin bellilois retrouvées aux Archives départementales de Loire-Atlantique. À partir de ces documents, il faut donner vie aux personnages, leur donner un aspect physique, un caractère, faire des recherches sur les costumes de l’époque, imaginer Sauzon en 1734. Le livre de Ronan Naudin se basait sur le point de vue du juge, celui de Sophie Houssière propose trois points de vue, celui du capitaine, celui du pilote et celui de l’armateur qui attend sa cargaison. Sophie doit s’approprier les faits, rajouter des personnages pour donner vie à l’intrigue en se gardant de trop inventer ou de trop embellir. De nouvelles recherches doivent être effectuées sur les pilotes bellilois qui guidaient les navires jusqu’à l’embouchure de la Loire. Sophie et Ronan viennent de s’installer à Sauzon avec leurs deux enfants, et depuis leur fenêtre, ils voient la rade de Sauzon, là où le dimanche 29 août 1734, « La Marie-Anne », a jeté l’ancre et où l’intrigue du livre a commencé. « L’Affaire Marthe Mirolleau » et « Le Voyage de la Marie-Anne », chez Jadis Éditions, sont en vente dans les librairies de Belle-Ile.

Le Télégramme le 16/06/2017

Sophie Houssière a écrit « L'Affaire François Levesque » qui raconte le procès ayant fait suite à l'assassinat d'un homme à Saint-Aaron au début du 18e siècle.
Sophie Houssière a écrit « L’Affaire François Levesque » qui raconte le procès ayant fait suite à l’assassinat d’un homme à Saint-Aaron au début du 18e siècle.

Sophie Houssière et son mari, installés près de Paris, publient des romans racontant de véritables procès. Cette fois, ils se sont intéressé à une histoire ayant eu lieu à Lamballe au début du 18e siècle.

C’est une drôle d’histoire sur laquelle est, un jour, tombé le mari de Sophie Houssière en fouillant dans les archives départementales, celle d’un meurtre à Lamballe et d’un procès étonnant qui s’est déroulé de 1706 à 1708. Une histoire qui, sous la plume de Sophie Houssière, est devenue le livre « L’Affaire François Levesque » publié chez « Jadis éditions », ex -maison d’édition « Jadis » créée il y a quelques années par Ronan Naudin, son mari, un historien passionné par les procès. Le couple a décidé d’allier ses deux passions, l’histoire pour lui et l’écriture pour elle et de se lancer dans le récit romancé d’archives historiques. « C’est un travail complémentaire » explique Sophie Houssière, installée à Rambouillet, près de Paris.

Qui raconte l’histoire ?


Cette fois, le couple a décidé de traiter le meurtre du Sieur de Queneleuc, résidant à Saint-Aaron et le procès qui en a découlé. « Pour trouver la bonne affaire à raconter, mon mari en lit des dizaines aux archives. Celle-ci, même si on ne connaissait pas Lamballe, nous a intrigués. » Pendant un an, Sophie Houssière a travaillé à mêler la véracité du procès au romanesque. « La question la plus importante, c’est de savoir qui va raconter l’histoire. C’est important pour pouvoir, par exemple, raconter des choses qui sont arrivées des années après le procès.

» Dans le cas de « L’Affaire François Levesque », le choix s’est porté sur les enfants de l’homme assassiné.

Dans les moindres détails


Mais attention, romanesque ne veut pas dire invention. « Les seules libertés que nous prenons servent à donner vie et du caractère aux personnages. Pour cette histoire, nous avons décidé que le juge ne serait pas agréable et se révélerait très ambitieux. » Et pour bien montrer au lecteur que rien n’est invité, Sophie Houssière et Ronan Naudin ont glissé des extraits des archives qu’ils ont utilisés. Pour le reste, Sophie Houssière a réalisé un véritable travail de recherche « sur Lamballe au XVIIIe siècle, pour rester fidèle à ce qu’étaient les lieux, les gens et les modes de vie de l’époque. Je suis même allé jusqu’à rechercher la météo de ces années-là pour savoir si l’été où a eu lieu le crime était un été très chaud. » L’auteur ne laisse rien au détail. « Notre objectif n’est surtout pas de faire un livre d’histoire. Mais je trouve normal de respecter la véracité des faits. C’est une façon de respecter la mémoire de ces gens. » Sophie Houssière et Ronan Naudin voient aussi dans l’aventure de leur maison d’édition une forme de préservation de la mémoire. « Nous souhaitons travailler l’aspect généalogique en mettant tous nos documents à disposition sur notre site internet. »

Pratique 
« L’Affaire François Levesque » est disponible sur le site www.jadis-editions.fr.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lamballe/roman-l-histoire-d-un-proces-au-18e-siecle-16-06-2017-11557899.php#m6Hg3qWAxcm7rVCG.99